Les marketplaces connaissent une croissance fulgurante depuis une dizaine d’années et offrent aujourd’hui une accessibilité sans pareille. De plus en plus d’entreprises sont séduites par ce système de vente où les commissions, les abonnements, les listing fees et d’autres business models leur permettent de se développer de manière pérenne. Vous êtes sur le point de créer votre marketplace ? Avant de vous lancer dans la construction de votre plateforme, voyons quel business model est adapté à votre projet.

Les marketplaces et le système des commissions

C’est le business model le plus répandu parmi les différentes marketplaces. Les leaders du marché, Amazon, Airbnb, Etsy et Uber ont opté pour ce système comme ressource principale.

Les marketplaces facturent une commission sur chaque transaction entre un vendeur et son acheteur. C’est un système attractif où les vendeurs n’ont pas forcément de frais à payer s’il n’y a pas de transaction. Le consommateur bénéficie d’une large sélection de produits ou de services et le vendeur profite d’une bonne visibilité pour réaliser des ventes. Pour rentrer dans le détail, prenons l’exemple de Fiverr, une marketplace de services (design de logo, marketing, traduction…) à un tarif de base de 5$. La commission est sur cette plateforme de 5% de la transaction, avec un minimum d’1$ par transaction. Et comme Fiverr le dit fièrement, plus de 25 millions de services ont déjà été achetés sur la plateforme !

La marketplace mutualise ses coûts, gère ses marges et peut diversifier son offre. Et ça marche plutôt bien : souvenez-vous qu’au départ Amazon n’était qu’un vendeur de livres ! Aujourd’hui la marketplace d’Amazon représente 50% des ventes du site et on y trouve de tout : des compléments alimentaires aux téléphones en passant par des accessoires moto, du linge de maison ou encore des jouets pour enfants ! La marketplace prélève des commissions comprises entre 5% pour les produits high tech et 20% pour les bijoux.

Mais ce système bien rôdé ne fonctionne pourtant pas pour tout le monde. Voyons pourquoi et quelles sont les alternatives au prélèvement de commissions.

Pourquoi le modele marketplace connait-il autant de succès

Les marketplaces : s’abonner pour vendre

Sur certaines marketplaces le coût de la transaction ne peut pas être fixé à l’avance et il est donc difficile de mettre en place un système de commissions. Les marketplaces proposent alors un système d’abonnement qui permet de mettre à jour son compte de manière régulière. La vérification des profils abonnés et le suivi de leur vente facilitent la gestion marketing de la marketplace.

Créée par l’Usine Nouvelle en 2007, L’Expo Permanente met en relation des fournisseurs industriels avec des acheteurs professionnels. Aujourd’hui, près de 220 000 produits et services sont présentés sur la plateforme par plus de 3 400 fournisseurs.

Dans un autre genre, la plateforme Codeur est un lieu de rencontres entre professionnels et freelances. Côté entreprise, une simple inscription gratuite permet d’annoncer son projet et de détailler ses besoins. Côté freelance, pour travailler et bien il faut payer d’abord ! En effet, ces derniers doivent s’abonner pour envoyer des propositions aux clients. C’est un peu risqué mais quand le matche fonctionne, le jeu en vaut la chandelle !

Les marketplaces par listing fee

On rencontre généralement ce mode de rémunération sur les plateformes sans transaction en ligne. Ces listing fees sont des frais qui correspondent à la mise en ligne de bien ou de service. Ils dépendent de la valeur des articles, du nombre de jours de la mise en vente ou encore de leur mise en avant.

Les petites annonces en sont l’exemple parfait. Un forfait est proposé pour chaque mise en ligne de produits ou de services. Leboncoin lancé en France en 2006, est rapidement devenu un géant du monde des marketplaces. L’entreprise attire chaque mois plus de 27 millions de visiteurs uniques ce qui la place en top 10 des sites les plus fréquentés en France. La création d’un compte est gratuite pour tous et seuls les professionnels paient depuis fin 2014 des frais d’insertion pour leurs ventes.

Les marketplaces : payer pour être visible

La publicité est souvent utilisée comme complément de revenus à d’autres business models. Sur Etsy, cela fait partie des services premium proposés. Les vendeurs paient pour être visibles et avoir leur boutique en tête de page lors d’une recherche sur le site. Attention, ce business model a des limites dans la mesure où les publicités doivent avoir un vrai lien avec les recherches effectuées par les clients. Facebook a récemment lancé sa marketplace, appelée tout simplement Marketplace, et le réseau social utilise ce business model. Vos amis et le reste de la communauté de Facebook peuvent mettre en ligne leurs objets à vendre ou à donner et sponsoriser leurs ventes moyennant un financement… Vendre un ancien canapé, chatter avec un ami de lycée, regarder les dernières news, liker et sharer… Où peut-on en faire autant ailleurs que sur Facebook ?

Les marketplaces : payer pour être connecté

Les lead fees sont encore une autre façon de monétiser les marketplaces. A la croisée entre les commissions et les frais d’inscription, les lead fees offrent la possibilité de mettre en relation des professionnels qui ne paient que lorsque le contact est établi entre eux. La plateforme Companeo propose d’alléger les tâches des entrepreneurs dans la recherche du bon fournisseur. Pour souscrire aux offres, il suffit de remplir un formulaire qui permet d’accéder à plusieurs offres de prestations… Le prix pour le prestataire est fixé au lead apporté. C’est un modèle fréquent chez les comparateurs d’assurance (LeLynx, LesFurets…).

Les marketplaces et les formules Freemium pour les acheteurs

De plus en plus de marketplaces proposent des services gratuits et des services payants. Il s’agit de formules « Freemium ». La stratégie est simple, on offre aux clients la possibilité d’utiliser gratuitement un service, mais dans un cadre restrictif. L’objectif est de les séduire avec une offre gratuite et de les inciter à investir dans la version complète attractive… et payante!</>La plateforme Spotify en est l’un des exemples les plus marquant. En tant qu’utilisateur, vous pouvez opter pour la version gratuite qui vous permettra d’écouter de la musique ponctuée de coupures publicitaires entre chaque morceau. Et impossible d’y échapper, à moins de payer ! Si vous optez pour un compte premium, vous payez un forfait, et exit les pubs !

D’autres business models existent avec des services additionnels proposés aux vendeurs tels que le stockage, la gestion de livraison ou bien celle des retours. Les possibilités et les services proposés sur les places de marchés sont infinis avec l’évolution de la technologie et l’adaptation des modèles aux besoins des clients.
Alors, quel business model allez-vous choisir pour votre marketplace ?

Wizaplace - The Marketplace Maker

La solution de création de marketplace tout-en-un

24 rue de la gare, 69009 Lyon
+33 (0)9 67 38 89 55
contact@wizaplace.com